Dieu, les anges et les autres

J'aimerais partager avec vous mes opinions, mes coups de gueule sur l'actualité, le temps, le travail, sur tout et sur n'importe quoi. Bonne lecture à tous et toutes.

Nom :
Lieu : Charleroi, Belgium

29 décembre 2006

La démocratie à l'école: direction Auschwitz

Tout au long de l’année, les rhétoriciens de l’Institut Sainte-Marie de Châtelet ont été portés par un projet appelé «Écoles pour la démocratie».

Un des moments forts de ce projet fut sans aucun doute le voyage aux camps de concentration et d’extermination d’Auschwitz.

Le 27 janvier 2006, les 26 élèves de rhéto, leurs 3 professeurs et leur directeur se sont envolés avant l’aube. Ce voyage était organisé par le Centre pour l’Égalité des Chances, avec l’appui logistique et financier des ministères de la défense et de l’intégration sociale.

Le groupe était accompagné d’anciens déportés, tel que Chil Elberg, le témoin «attribué» à Sainte-Marie.

Après l’atterrissage, ce fut la découverte des paysages enneigés de la Pologne. Malgré le froid glacial, l’accueil des autorités locales dut des plus chaleureux. Durant une heure de car, les plaines polonaises désertes, mais si remplies d’émotion, se déroulèrent, mettant en évidence un contraste frappant entre le monde moderne européen et cette misère due aux privations communistes.

L’arrivée au camp glaça le sang de tous, encore plus que le froid inhabituel, même pour un rude hiver polonais.

En effet, l’ambiance concentrationnaire qui régnait en ces lieux fut tout aussi insurmontable que les températures polaires, moins 17°C à l’arrivée à Cracovie à 10H30.

À petits pas, le groupe franchit l’horrible porte d’Auschwitz, tristement célèbre, et M. Elberg apportait des témoignages directs en supplément des informations circonstanciées de la guide.

En ce jour du 27 janvier 2006, l’émotion fut double, car c’était aussi le jour anniversaire de la libération d’Auschwitz par l’armée soviétique. Les anciens déportés et les délégations officielles se pressaient pour déposer des gerbes de fleurs en commémoration des défunts de cette triste période de l’Histoire.

Tout au long de la journée, les élèves ont pu saisir, toucher de leurs mains la barbarie nazie, encore palpable à chaque coin d’Auschwitz et de Birkenau.

L’après-midi fut en effet consacré à la visite des restes du camp d’Auschwitz II. Baraquements en bois, quartier des femmes, latrines, ruines des chambres à gaz et des fours crématoires : tout cela a ému le groupe et lui a fait prendre conscience de la cruauté dont les hommes sont capables. Mais le moment le plus poignant fut certainement le récit de Chil Elberg, dans le baraquement même où il fut détenu.

Texte rédigé le 5 mai 2006 par Françoise, Julien et Samuel

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Blog Flux Directory
Rédacteur Agoravox